Tiens ! Voilà l’inflation qui pointe le bout de son nez…

L’inflation, que les banques centrales (et singulièrement la BCE) désespéraient de voir revenir à 2% depuis une dizaine d’années, vient de pointer le bout de son nez, au moins en Europe. Tout le problème est qu’elle arrive au pire moment : celui où les Etats ont un besoin crucial des interventions des banques centrales (notamment par des taux bas) pour limiter les dégâts de la crise. En continuant à fabriquer de l’argent facile, les banques centrales risquent de favoriser une surchauffe économique, dont une hyper-inflation pourrait constituer le résultat final. Nous parions sur une montée inflationniste dans les prochains mois.

L’inflation revient. En réalité, elle ne revient pas encore, mais elle est sur le point de revenir, et elle va faire mal.

L’inflation ? vraiment ?

Dans la pratique, le retour de l’inflation est encore très timide, et la Banque Centrale Européenne s’emploie à la nier. En janvier 2021, les prix auraient augmenté de 0,9% par rapport à janvier 2020, qui augurait, rappelons-le, d’une mauvaise année. Les analystes avaient situé leurs attentes entre 0,3 et 0,5%.

Une partie de l’explication, selon les « experts », tient à un changement de mode de calcul de l’indice, et à des augmentations de taxe, notamment en Allemagne. Il n’en reste pas moins que le mandat de la BCE est d’arriver à une inflation de 2%, et que la flambée de janvier risque de poser un problème car cet objectif pourrait être dépassé rapidement.

C’est d’autant plus vrai que l’arrivée de l’administration Biden devrait relancer l’inflation aux Etats-Unis. La mise en place d’un grand plan de relance publique pourrait favoriser une surchauffe de l’économie.

Le mécanisme est plutôt simple à comprendre : le gouvernement américain va encourager la consommation. Une demande forte pousse les prix à la hausse. La même tendance devrait se vérifier en Europe où Christine Lagarde incite les gouvernements à augmenter leurs dépenses publiques pour soutenir la relance.

Partout se met en place une logique inflationniste au nom de la « relance ».

Un problème compliqué à gérer

Il y a quelques semaines, nous avions dressé l’éloge de la déflation, grâce à laquelle le prix des biens diminue et le niveau de vie augmente. Malheureusement, la caste des économistes, qui est en réalité aussi sérieuse que celle des astrologues, est bouffie de doctrine keynésienne selon laquelle seule l’inflation a des vertus.

Tout le problème consiste à vivre dans un univers d’inflation maîtrisée (à 2%, selon les traités européens), et à ne pas dériver faire une hyper-inflation incontrôlable, par exemple au-delà de 10%. Pour maîtriser l’inflation, les banques centrales utilisent généralement deux armes massives : la restriction du crédit et la hausse des taux directeurs.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *