Un curieux hasard a voulu que je commence l’année 2020 par un article sur la dette publique (et privée) et que je la termine quasiment avec le même sujet, tant celui-ci a depuis redoublé d’importance avec la crise. Et quelle(s) crise(s) ! L’année 2020 restera dans l’histoire comme celle de la pandémie de covid-19 et des confinements/déconfinements, qui ont conduit à doubler la crise sanitaire d’une crise que l’on qualifie d’économique faute de mieux, dans la mesure où pour la première fois, des gouvernements ont été contraints de mettre volontairement leur économie (partiellement) à l’arrêt. Mais il est désormais évident que le corps social français souffre. Et à ce stade, il serait prématuré d’entrevoir à court terme une amélioration…

Mais revenons un instant encore sur l’année 2020, riche en événements économiques et sociaux, d’où mes nombreuses analyses dont vous trouverez les liens dans le tableau ci-dessous. Pour finir ce billet, je vous proposerai comme chaque année quelques éléments de prospective, exercice hautement périlleux en économie…

Retour sur l’année 2020

Commençons donc par un petit retour en arrière sur mes billets de l’année 2020. Tous les liens sont actifs, il vous suffira donc de cliquer sur le billet de votre choix pour le lire ou le relire, c’est selon !

Janvier Février
La croissance potentielle faiblit en Chine

L’avenir de la zone euro

La dette publique

Apprendre l’économie à Sarreguemines

Trop d’épargne au sein de la zone euro ?

IEP 2020 : révolutions / le secret

La Chine : une économie malade

La politique monétaire

Mars Avril
Le capitalisme peut-il être réformé ?

L’économie française malade du coronavirus

Les marchés financiers atteints par le coronavirus

Et si l’on reparlait des crises ?

La dette publique pour lutter contre le coronavirus ?

Le monde d’après…

Quand les mots avaient encore un sens…

Mai Juin
La Fête du travail confiné(e)

Déconfinement : ce nouveau monde qui tarde à apparaître

Les inégalités de patrimoine sont-elles justifiées ?

Les monnaies locales

La création monétaire

Les cotisations sociales

L’endettement des ménages

Démocratie, citoyenneté et vote

Juillet Août
La justice sociale Quand l’économie s’oppose à la démocratie…

Cafet’éco à Sarreguemines

Septembre Octobre
Le plan de relance

Aide aux devoirs à Forbach

La dynami(te)que sociale

La fin du modèle néolibéral ?

Conférence à l’UPT de Forbach

Le chômage en France

L’or : relique barbare ?

Monnaie Banque centrale et financement de l’économie

Monnaies locales : perspectives économiques et managériales

Novembre Décembre
L’étalon-or

De sombres prévisions économiques…

La dette publique dans la zone euro

Bref retour sur les inégalités de travail durant le premier confinement

Un retour à la normale semble peu probable…

La politique économique de Joe Biden

Joyeux Noël !

Et en 2021 ?

Sans surprise, les prévisions mondiales de croissance sont bien sombres, d’autant qu’il faudra certainement compter avec de nouvelles périodes de confinement (c’est déjà le cas dans de nombreux pays et la France s’apprête à prendre des mesures qui y ressemblent) :

[ Source : FMI ]

Par ailleurs, l’on ne sait rien de la réelle marge de manœuvre dont disposera Joe Biden pour mettre en œuvre son programme économique et social aux États-Unis. Au reste, qu’en sera-t-il de la guerre commerciale déclenchée par Trump avec la Chine, ce d’autant plus que celle-ci vient de conclure 14 autres pays de la région Asie-Pacifique un accord de libre-échange appelé Partenariat régional économique global (RCEP) dont je reparlerai prochainement ?

Au sein de la zone euro, les prévisions sont également très sombres. Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission, a ainsi résumé le grand désarroi des dirigeants politiques en affirmant que « la deuxième vague de la pandémie anéantit nos espoirs d’un rebond rapide » :

[ Source : Le Figaro ]

Face au risque d’effondrement de l’économie, les gouvernements ont réussi à trouver en quelques semaines des sommes faramineuses alors même qu’ils prétendaient tous encore être à sec en janvier ! Or, ces fonds, censés sauver leur économie (et pas les plus fragiles comme je l’entends parfois, cf. la conclusion de ce billet), vont se répercuter sur l’endettement public.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *