Pour Jacques Attali, nous risquons de devoir encore faire le choix terrible du confinement général

Il est un homme dont je surveille toujours avec attention les déclarations et la pensée, car il incarne une certaine partie du courant mondialiste de nos élites.

Jacques Attali est dans la vie politique et intellectuelle de notre pays depuis plusieurs décennies.

Que vient-il de dire dans une interview donnée à l’Echo belge ?

que… « Nous risquons de devoir encore faire le choix terrible du confinement général ».

« Pour le penseur français, nous devons plus que jamais suivre l’exemple de la Corée du Sud et nous tenir prêts à un retour de l’épidémie. Par ailleurs, il incite des secteurs comme l’aérien et l’automobile à se reconvertir. Et considère le télétravail comme « un piège extrêmement dangereux ».

Jacques Attali est un auteur à succès. Celui que l’on a surnommé « l’homme qui murmure à l’oreille des présidents » a publié plus de 80 livres vendus à 9 millions d’exemplaires et traduits en 22 langues. Son dernier ouvrage « L’économie de la vie » pose un constat sans appel : nous avons subi un effondrement de l’économie qui aurait pu être évité si nous avions pris les mesures de la Corée du Sud. C’est-à-dire s’armer à temps de masques FFP2, de tests et de systèmes de traçage. Tout ce qui nous fait encore défaut aujourd’hui…

Craignez-vous une deuxième vague du Covid-19 ou une nouvelle pandémie ?

Attention, la première vague n’est pas terminée à l’échelle mondiale. La courbe continue à croître de manière imperturbable de façon exponentielle.

« La construction des hôpitaux d’urgence en Chine, c’était un signe de panique. Les Chinois n’étaient pas prêts. »
Si on devait confiner à nouveau en France ou en Belgique, ce serait une catastrophe?
Il ne faudrait pas refaire l’erreur que nous avons commise en suivant le modèle chinois. Vous savez, la construction des hôpitaux d’urgence en Chine, c’était un signe de panique. Les Chinois n’étaient pas prêts. Nous devons suivre l’exemple de la Corée du Sud. Mais pour cela, il nous faudrait de milliards de masques, des milliards de tests, et des moyens efficaces de tracer les gens. Contrairement à ce que l’on dit, nous n’avons rien de tout cela. Et tant que c’est le cas, nous risquons de devoir encore faire le choix terrible du confinement général. Pourtant, on ne peut pas dire que nous n’avons pas été prévenus. Mais je ne vois aucun pays, ni la Belgique, ni la France ou l’Allemagne, qui se place en situation d’économie de guerre pour produire massivement des masques, des tests, de systèmes de traçage. Et je n’en vois aucun qui comprenne l’intérêt de l’économie de la vie ».

La préparation à la deuxième vague a commencé !

Cela fait quatre jour, que la communication a été réorientée vers le fait de préparer à nouveau la population à la nouvelle vague et aux futurs nouveaux confinements, car même non généralisé, il y aura dans les prochaines semaines une multiplication des confinements locaux, et quand tout le monde sera localement confiné, nous serons globalement tous confinés…

Chaque jour une nouvelle déclaration nous met en garde.

Avec une bonne dose de culpabilisation.

Si l’épidémie repart, c’est parce que les Français ne respectent pas les gestes barrières et ne se lavent pas les pouces comme il convient.

La seconde vague arrive, elle sera visible, comme prévu et annoncé, autour du 15 août prochain.

Préparez-vous, les vacances seront courtes.

Charles SANNAT

Origine de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *