Il y a de plus en plus de discussions publiques sur les «bulles», c’est un signe.

Signe qui indique que l’excès est devenu flagrant. Mais c’est aussi le signe que la complaisance est grande car les gens n’ont pas ou plus peur; ils continuent d’acheter comme si ils étaient persuadés que bulle ou pas, tout va continuer à monter.

La confiance dans la capacité et la volonté de la Réserve fédérale américaine à soutenir le boom boursier est plus profondément enracinée que jamais.

Les mesures de crise sans précédent de l’année dernière ont enhardi la spéculation financière. Les fragilités sous-jacentes ne sont plus prises en compte sauf pour renforcer la spéculation: les marchés sont persuadés que les autorités n’ont plus le choix.

Ce qui est certainement vrai, mais qui laisse entière la vraie question: auront ils encore les pouvoirs?

L’opinion générale est que le risque peut être facilement ignoré .

La Fed a tout sous contrôle.

La banque centrale veillera à ce que jamais les conditions financières de deviennnent serrées.

.La Fed peut-elle maintenir des conditions financières ultra-souples dans tous les cas et toutes les circonstances ?

Non, c’est une erreur de le croire : la Fed gère et contrôle facilement les conditions financières tant qu’elle accepte le gonflement des bulles. Si elle devait refuser le gonflement des bulles il apparaitrait qu’elle ne peut plus entretenir des conditions financières souples.

J’insiste, le contrôle de la Fed repose sur la formation et le gonflement de bulles . Pas de bulle, pas de controle. Tant qu’on accepte la Bulle on contrôle.

La question que l’on peut se poser à ce stade ou les anticipations d’inflation frémissent, ou les matières premières et le pétrole sont recherchés est la suivante: est ce que la Fed disposera encore des mêmes marges de manœuvres si l’inflation vient à s’installer disons au dessus des 3%?

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *