Livret A : la spoliation des épargnants continue

Le calcul du taux du livret A vient de changer. Désormais, on l’établit en additionnant le taux Eonia (indicateur utilisé par les banques pour fixer certains taux d’intérêt de prêts et placements) à la moyenne de l’inflation (hors tabac) sur les six derniers mois, avant de diviser le tout par 2. Le taux du livret A ne saurait être inférieur à 0,5 %. À noter que le gouvernement conserve le droit de modifier unilatéralement le taux du livret A, à la baisse comme à la hausse, s’il l’estime utile pour l’économie.

Le taux Eonia est la moyenne des taux des prêts interbancaires. Il est actuellement négatif à -0,455 %. Il sert de référence à de nombreux contrat, et notamment pour les prêts à la consommation et immobiliers délivrés aux particuliers. Un scandale de manipulation du cours d’un indice lié à Eonia, l’Euribor a été découvert il y a 2 ans ; cette malversation qui a enrichi quelques spéculateurs et plusieurs établissements bancaires a été possible car les statistiques manquent et que les banquiers doivent procéder à des estimations.

Conséquence de ce scandale, l’Eonia sera bientôt remplacé par l’ESTER, taux officiel calculé sur les mêmes bases que l’Eonia par la Banque centrale européenne et non plus par les banquiers, ce qui laisse présager l’intégrité des résultats. Le livret A dépendra de l’ESTER quand ce dernier sera créé.

L’inflation vient d’exploser en décembre. Alors que le glissement sur un an était de 0,8 % en octobre 2019, de 1 % en novembre 2019, elle a atteint 1,4 % en décembre 2019 (INSEE). La moyenne des six derniers mois est de 1,05 %, Nous devrions donc avoir un taux du livret A d’un peu plus de 0,25 % [(1,05 %–0,455 %)/2]. Grâce à la clause de sauvegarde, il sera néanmoins de 0,5 %, ce qui induira un décrochage de près de 1 % par rapport à l’inflation récente.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *