L’industrie des éoliennes en crise

Mme la Ministre Elisabeth Borne, en avait-elle été informée avant de signer en catimini le décret concernant la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie basée sur l’éolien ?

L’industrie des éoliennes traverse une crise grave, des fabricants majeurs de turbines se désengagent d’une filière qu’ils considèrent sans avenir.
Une succession d’annonces concordantes indique que les leaders européens de la filière éolienne licencient et opèrent actuellement des désengagements. (3)
Cette tendance de fond importante en 2019 a été amplifiée par la crise du covid, qui a mis en évidence l’extrême fragilité des industriels du vent dont la rentabilité artificielle dépend depuis plus de 15 ans de subventions européennes ou nationales.

La situation de l’électricité en France peut devenir critique
Le graphique des parts de marché des constructeurs d’éoliennes indique globalement aujourd’hui la mainmise des fabricants Danois et Allemands. (1)
Aucune des 8000 éoliennes disséminées actuellement sur la France, n’a été fabriquée sur le territoire et elles ont toutes été importées pour un montant que l’on peut évaluer à 30 milliards d’euros. Elles ne vivent que de subventions au détriment des consommateurs.(2)

Les 8.000 à 10.000 éoliennes supplémentaires prévues par nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) signée en catimini le 11 juin 2020 par Madame la Ministre Elisabeth Borne devront elles aussi être importées. Compte tenu de cette situation ,il ne serait pas impossible que ce soient les chinois qui prennent un jour le contrôle de la production d’électricité éolienne française et qu’ils mettent sous tutelle ainsi l’indépendance énergétique du territoire national et compte tenu de la dispersion des implantations des parcs éoliens, il n’est pas exclu qu’ils prennent progressivement à terme le contrôle le financier de milliers communes rurales.

La décision de Mme la Ministre était déjà structurellement incompréhensible puisqu’elle a engagé la sécurité du territoire en remplaçant des sources de production d’électricité fiables et pilotables, par des sources intermittentes et imprévisibles. (3)

Mais en constatant de surcroit qu’elle a confié l’avenir de la production d’électricité de la France à des producteurs de machines virtuellement en faillite, on peut légitimement s’interroger pour savoir si elle avait été mise au courant de cette situation et si des informations exactes lui avaient été transmises par le ministère de la transition écologique et solidaire et l’Agence de maitrise de l’Energie (ADEME) dont l’indépendance vis-à-vis des lobbys industriels éoliens a depuis des années été dénoncée par le Fédération Environnement Durable (FED) .

La filière éolienne française est train de se construire sur des ruines de l’industrie française de l’électricité pour laisser d’autres ruines…

Pour toutes ces raisons la Fédération Environnement Durable est six autres Fédérations nationales ont déposé une requête en conseil d’état pour faire annuler le décret de la PPE.

Annexes :

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *