Le chef économiste Philip Lane a confirmé que la devise pourrait redevenir un problème.

Alors que les marchés commençaient à anticiper la poursuite du rallye de l’euro au-dessus de 1,20 dollar, la monnaie unique a reculé d’un coup après le franchissement de ce seuil mardi – pour la première fois depuis avril 2018 – et jusqu’à 1,1830 mercredi soir. Ce recul soudain fait suite non seulement aux prises de bénéfices liées à ce niveau psychologique mais aussi aux commentaires du chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE), pour qui une devise trop forte pourrait devenir un casse-tête : Philip Lane a reconnu que «le taux euro-dollar importe» et que l’institution en tient compte dans sa politique monétaire.

Une hausse de l’euro pourrait nuire aux entreprises exportatrices européennes et à leur compétitivité, et repousser encore l’atteinte des objectifs d’inflation. Cependant, elle peut aussi être due au facteur positif selon lequel «les gestionnaires de réserves de change des pays émergents – Chine en tête – achètent aujourd’hui moins de dollars et plus d’euros, explique Sébastien Galy, stratégiste senior chez Nordea. Compte tenu de l’environnement de risque actuel, cette tendance pourrait durer encore mais seulement jusqu’à une consolidation des marchés un peu plus tard, en septembre ou en octobre. En outre, un euro plus fort a moins d’impact sur le commerce en période de demande faible et avec relativement peu d’inflation, sachant que l’inflation européenne est davantage liée au pétrole.»

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *