Les dégâts de la financiarisation de l’économie !

Dans un précédent billet, j’avais expliqué la différence entre finance et financiarisation, la deuxième n’étant finalement que la forme parasitaire de la première, en ce qu’elle met l’ensemble des activités productives sous la coupe des puissances financières (investisseurs, marchés, fonds…), avec la complicité active ou résignée du politique. Aujourd’hui, j’aborderai en complément les dégâts provoqués par cette financiarisation sur les entreprises et les travailleurs.

Le rendement des fonds propres

La rentabilité exigée par les actionnaires est le plus souvent mesurée par un indicateur simple – trop simple ! – appelé ROE, défini comme suit :

Et dans la plupart des pays, dont la France, le ROE attendu par les actionnaires est très élevé au regard des taux d’intérêt à long terme sans risque :

[ Source : Natixis ]

L’entreprise au service de la rente des actionnaires

Évidemment, pour satisfaire une telle rentabilité à court terme, les entreprises se sont lancées dans un processus d’autodestruction. Ainsi, les projets d’investissement à horizon trop lointains sont à bannir, puisque l’actionnaire n’est guère prêt à attendre 5 ans pour récupérer les fruits de l’investissement, ce qui peut conduire une entreprise à se priver d’opportunités de croissance dans le futur. Et afin que chaque actionnaire puisse satisfaire son besoin irrépressible de contrôler les comptes de l’entreprise, les sociétés cotées sont sommées de publier au moins tous les trimestres leurs états financiers.

De même, comme l’affirmait avec justesse Peter Drucker, « there is no profit unless you earn the cost of capital”, ce qui signifie que dans une économie financiarisée l’entreprise n’est plus seulement sommée de faire du résultat net, mais encore de dépasser le coût du capital utilisé (emprunts et titres financiers) appelé WACC (Weighted Average Cost of Capital) dans le jargon. C’est ce qui permet de comprendre pourquoi des entreprises qui font du profit annoncent néanmoins des plans de licenciements : ce sont les licenciements boursiers du type Renault à Vilvorde ! L’entreprise financiarisée se doit donc d’être à l’image du surhomme néolibéral, afin de s’adapter à son environnement pour dégager toujours plus de rentabilité : sans graisse, flexible, toujours en mouvement ! Le patron de Danone est d’ailleurs en train d’en faire les frais…

À défaut de pouvoir disposer du temps et des fonds nécessaires pour innover, les entreprises ont dès lors privilégié les rachats de brevets ou de sociétés innovantes, avec le splendide résultat que nous voyons en France avec Sanofi : en rade sur le vaccin contre la covid-19, l’entreprise a choisi de réduire ses effectifs (dont ceux de la recherche !), mais d’augmenter le dividende versé à ses actionnaires ! Au reste, l’innovation n’a souvent comme seul but que de permettre de raccourcir le cycle de production/consommation, afin de coiffer au poteau les concurrents. D’où une forme obsolescence programmée devenue la règle, afin de faire gonfler le chiffre d’affaires !

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *