L’économie s’effondre, les grandes fortunes prospèrent: «Une politique débile qui favorise les riches»

La France s’enfonce dans la récession, mais le patrimoine des 500 plus grandes fortunes du pays a continué de s’accroître, malgré la crise du coronavirus. Un phénomène semblable s’observe aux États-Unis. Charles Gave, président de l’Institut des Libertés, analyse la situation pour Sputnik.

Alors que la Commission européenne prévoit désormais un plongeon historique du Produit intérieur brut français (PIB), qui devrait décroître de 10,6% en 2020, les citoyens les plus nantis de l’Hexagone ne connaissent pas la crise.

​Le dernier classement de Challenges des 500 plus grandes fortunes de France est là pour le démontrer. Le montant cumulé de ces dernières atteint le niveau record de 730 milliards d’euros. Un chiffre en progression de 3% en 2020. Un magot qui représente «l’équivalent du tiers du PIB attendu cette année», d’après Challenges, qui note que cette part a été multipliée par dix depuis 1996.

Les politiques des Banques centrales responsables?

Comment expliquer de telles performances dans un contexte économique aussi morose? Pour l’essayiste, financier et entrepreneur français Charles Gave, la réponse est très simple:

«Les taux d’intérêt des Banques centrales sont extraordinairement bas, voire négatifs. Les riches possèdent des actifs. Ces derniers leur servent à emprunter auprès des banques en les mettant en garantie. L’argent emprunté servira donc à acheter d’autres actifs.»

La Banque centrale européenne (BCE) a en effet sorti la sulfateuse à liquidités pour lutter contre la crise économique. Avec un taux de refinancement à zéro, un taux de dépôt à -0,5% et un taux de prêt marginal à 0,25%, l’institut monétaire basé à Francfort a également mis en place un plan de rachat d’actifs pour un montant de 1.600 milliards d’euros.

«C’est une politique débile qui favorise les riches. Le prix des actifs monte. Personne ne fait d’investissements, car il est toujours plus facile d’acheter une maison ou un hôtel existant que d’en bâtir un nouveau. Le manque d’investissements fait baisser la productivité du travail et les pauvres deviennent plus pauvres», analyse Charles Gave.

«Les taux bas sont une politique faite par les riches pour les riches et pour appauvrir les pauvres. Les Banques centrales sont au service des riches», poursuit-il.

L’Hexagone n’est pas seul à être concerné par une évolution à la hausse de la richesse de ses grandes fortunes. Un phénomène semblable s’observe aux États-Unis. En juin dernier, Business Insider, en se basant sur les travaux de l’Institute for Policy Studies, un think tank basé à Washington, notait que les milliardaires américains étaient 20% plus riches qu’avant le début de la pandémie.

Leur fortune cumulée avait grimpé de 565 milliards de dollars. Jeff Bezos, patron d’Amazon et homme le plus riche de la planète, Elon Musk, le fantasque boss de Tesla ou encore Eric Yuan, fondateur de l’application Zoom, ont tous vu leur fortune s’accroître malgré une économie américaine ravagée par une pandémie qui ne faiblit pas et qui a déjà fait perdre leur emploi à des dizaines de millions d’Américains.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *