Deux mois après que M. Macron a fait fermer d’autorité deux réacteurs nucléaires à Fessenheim, l’EDF a dû relancer d’urgence les quatre centrales à charbon françaises. Quatre centrales équipées de cheminées qu’on a montées à 240 mètres, tant leur pollution est extraordinaire ; mieux vaut que les habitants n’en aient pas conscience. Votre vieux diesel, à côté, c’est petit bras.

Notons, au passage, à quoi nous mène l’imitation béate de nos voisins allemands et de leurs mercenaires Grünen : nous avons dépensé 121 milliards dans l’éolien, et nous relançons notre charbon. Et ça ne suffira pas : RTE a annoncé qu’il allait y avoir, cet hiver, s’il fait grand froid, des coupures tournantes d’électricité, par paquets de 200.000 foyers, soit environ 450.000 habitants. Monsieur Macron n’a pas fini d’avaler des couleuvres.

Sauf s’il se moque du chauffage des Français – ce qui est possible.

À propos de chauffage, la France s’est engagée à lutter contre le réchauffement et les émissions de gaz à effet de serre.

Du moins, c’est ce qu’elle prétend. Souvenez-vous de Fabius et de son ridicule marteau de commissaire-priseur. Plus bidon que la COP21, tu meurs. Et c’est dans le cadre de cette lutte que les chaudières au fioul et à gaz vont être interdites dans les constructions neuves à partir de l’an prochain ; vous devrez installer une pompe à chaleur.

Ça paraît logique…

Sauf si l’État fait fermer les seules centrales électriques qui n’émettent aucune fumée ni aucun gaz à effet de serre : les centrales nucléaires. Or, le ministre Barbara Pompili a déclaré qu’on allait continuer à fermer ces centrales. On pourra compenser, dit-elle, par des « économies d’électricité ». Et le pire, ce n’est pas qu’elle le dise, mais c’est qu’elle le pense. « Je vais économiser 30 watts avec mes ampoules à LED et je vais pouvoir brancher ma voiture électrique à 100.000 watts. » C’est exactement le raisonnement de nos pseudo-écologistes. À se demander s’ils fument la moquette ; ce qui est également possible.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *