Le rôle de l’or dans les portefeuilles d’investissement

La pandémie de Covid-19 a changé la nature du marché de l’or. Les consommateurs en achètent moins, tandis que les investisseurs se tournent vers le métal précieux en tant qu’instrument de couverture et de diversification de portefeuille.

Lorsque les inquiétudes liées au Covid-19 se sont accrues vers mi-mars, l’or s’est temporairement corrélé avec les autres classes d’actifs et son prix a chuté. Puis, au moment où les investisseurs se sont rendu compte que le monde faisait face à une pandémie, le cours de l’or a augmenté, stimulé par les programmes d’achats massifs d’actifs financiers des banques centrales. Historiquement, l’or tend à s’apprécier lorsque la valeur du dollar américain baisse. Cependant, le cours du métal précieux a augmenté ces derniers mois dans toutes les principales devises (cf. graphique 1) en raison de l’accroissement de la demande financière. L’or a progressé de 15% depuis le début de l’année et s’est négocié à 1’801 dollars l’once (USD / oz) le 17 juillet. Ce qui se rapproche de son record historique de 1’875,25 USD / oz enregistré le 2 septembre 2011.

Compte tenu de ces niveaux élevés, pourquoi détenir de l’or dans les portefeuilles ? Les bas rendements des obligations d’Etat, un dollar en baisse et, plus important encore, les politiques monétaires accommodantes des banques centrales soutiennent la demande financière. La relation entre l’or et les taux réels (cf. graphique 2) a tenu durant la décennie écoulée et les récentes interventions des banques centrales plaident en faveur de l’or en tant qu’instrument de diversification.

En outre, alors que les investisseurs scrutent les implications à long terme de la pandémie, ils seront vraisemblablement plus attentifs à leur exposition à la dette souveraine et à la solvabilité des gouvernements endettés. Ce qui augmente à son tour l’attractivité de l’or qui, même s’il ne produit aucun revenu et est coûteux à stocker, ne comporte aucun risque de crédit.

Baisse de la production

Ces facteurs créent un contexte favorable pour l’or et augmentent l’attrait du métal précieux en tant que couverture de portefeuille. Qui plus est, cet environnement de bas rendements et de politiques monétaires accommodantes pourrait perdurer. La Banque d’Angleterre et le Fonds monétaire international ont récemment examiné l’ampleur du choc provoqué par la pandémie sur les économies. Les deux études se sont basées sur des données remontant jusqu’au XIVe siècle et ont démontré que ce type d’événement tendait à entraîner une chute des taux d’intérêt réels non sur des années, mais sur des décennies.

En général, les prix des matières premières reflètent un équilibre entre l’offre et la demande. Mais dans le cas de l’or, les menaces qui pèsent sur son approvisionnement sont parfois exagérées. En 2019, la production des mines d’or a reculé de 1%, selon le Conseil mondial de l’or (World Gold Council). Cette année, l’approvisionnement a décliné de 3% durant le premier trimestre en raison de la fermeture des mines due au Covid-19. Suite à cette interruption, qui s’est intensifiée au deuxième trimestre, la rentabilité de certaines mines a souffert et ce manque d’approvisionnement sera difficile à compenser par la production de nouvelles mines. Les fermetures de raffineries ajoutées à des chaînes logistiques plus complexes compliquent aussi l’approvisionnement en lingots et en pièces d’or.

Les investisseurs ne devraient pas prêter trop attention aux variations de la production et de l’approvisionnement en or. Contrairement au marché du pétrole, l’or n’est pas rare. L’équivalent de 60 ans de production est déjà en circulation et il existe un vaste marché pour l’or recyclé.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *