La grande peur de l’inflation… c’est Challenges qui tremble face à l’inflation, enfin qui tremble, c’est vite dit. Disons que le sujet est véritablement d’actualité.

Source Challenges.fr ici.

« Alimentée par la flambée des matières premières et la crainte d’une surchauffe aux Etats-Unis, la menace inflationniste pèse sur l’activité économique et les marchés financiers. Est-elle fondée ? » se demande le magazine.

« Envolée du prix des matières premières essentielles dont le pétrole, de 30 à plus de 100 % sur un an, petit frémissement à la hausse des indices des prix, tensions sur les taux d’intérêt à long terme américains : depuis un bon mois, le spectre d’une spirale inflationniste – façon années 1970 – refait surface, comme les bourgeons au printemps. Ironie de l’histoire, avant le coronavirus nombre d’économistes s’inquiétaient du risque de déflation pendant la pandémie. Et beaucoup cherchaient la lumière de la reprise au bout du tunnel. Aujourd’hui, c’est le virus de l’inflation qui obsède certains d’entre eux. Quel retournement !

A priori, la perspective d’un retour de l’inflation dans une économie mondiale qui a connu son plus grand choc depuis un peu plus d’un demi-siècle paraît logique et saine.

« Toute la question est de savoir s’il s’agit d’un rebond à court terme ou d’un phénomène inflationniste conséquent et durable » , s’interroge Ludovic Subran, chef économiste d’Allianz. Mais alors que la Chine est repartie sur les chapeaux de roue et que les Etats-Unis devraient afficher une croissance de 6,5 % cette année, certains signaux ne sont guère rassurants« .

L’inflation va être forte et pourrait même être brutale mais pas forcément durable.

Durant la pandémie toutes les entreprises ont déstocké au maximum. Logique.

Puis il y a toutes les perturbations liées à l’épidémie et aux mesures sanitaires.

Lorsque l’économie mondiale va se dégeler, il va y avoir un immense appel d’air de croissance économique mais pas suffisamment de stocks pour répondre à la demande.

L’ajustement se fera à la hausse par les prix et par les pénuries déjà très nombreuses.

Il y aura donc une inflation forte.

Va-t-elle durer ? Il est trop tôt pour répondre à cette question-là.

Charles SANNAT

Origine de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *