Les erreurs de la gestion de la crise, liée au Covid-19, ont terriblement fragilisé la devise américaine. La situation économique américaine peut-elle amener le dollar à perdre ses avantages ? Quelles pourraient être les conséquences sur la scène internationale d’un effondrement du dollar ?

Atlantico.fr : Sur quoi repose le rôle extraordinaire du dollar ?

Michel Ruimy : Le dollar n’est pas une devise comme une autre. Il a un double statut : monnaie nationale et internationale c’est-à-dire qu’il est accepté comme monnaie de facturation et de règlement dans le commerce international. Si certaines autres devises mondiales (euro, yen…) le sont également, le dollar américain demeure la plus largement utilisée.

Ce statut remonte à la fin de la Seconde guerre mondiale. Les accords de Bretton-Woods (1944) établirent le dollar américain comme « monnaie mondiale », mettant fin au système monétaire antérieur de l’étalon-or. L’ensemble des devises sont alors arrimées au dollar américain, dont la valeur est fixée par rapport à l’or.

Pourquoi le dollar ? Car l’économie américaine était la plus robuste de la planète et que les dollars étaient abondants. Au sortir de la guerre, les États-Unis disposent de la plus grande partie des capitaux mondiaux et dominent la production manufacturière et les exportations. Ils produisent la moitié du charbon, les 2/3 du pétrole et plus de la moitié de l’électricité au niveau mondial… De plus, 2/3 des réserves mondiales d’or sont détenues par les Américains.

Cependant, quelques années plus tard, dans les années 1960, certains pays ont commencé à exiger de l’or en échange des dollars qu’ils détenaient pour combattre l’inflation domestique. De peur d’épuiser toutes leurs réserves d’or, le président américain Nixon décida l’inconvertibilité du dollar en or (15 août 1971).

Malgré cette décision, le dollar est devenu la monnaie de réserve dominante dans le monde. Ceci signifie que la plupart des pays acceptent le dollar comme mode de paiement, même à la place de leur propre monnaie. Près de 50% de l’ensemble du commerce international et la plupart des contrats pétroliers sont libellés en dollars. Cette situation donne ainsi aux Etats-Unis un pouvoir extraordinaire sur presque toutes les entités qui importent ou exportent quoi que ce soit, et cela où qu’elles soient.

Ce pouvoir exaspère depuis longtemps les adversaires et partenaires commerciaux des Etats-Unis car cette domination les rend vulnérables aux sanctions commerciales américaines.

La situation économique américaine peut-elle amener le dollar à perdre ses avantages ?

La situation économique, actuellement dégradée, des États-Unis n’annonce pas la fin de la suprématie du dollar dans la mesure où il n’y a pas eu notamment d’attaques spéculatives contre la devise. Peu de pays offrent le même niveau de sécurité que les États-Unis en tant que superpuissance économique, ayant des places financières dynamiques, stable au plan politique…, toutes caractéristiques qui lui permettent de soutenir aisément ses institutions financières, acteurs importants du commerce mondial.

Certains pensent que le dollar ne perdra pas son hégémonie. Il y a un mantra bien connu qui est souvent énoncé : « Ne luttez pas contre la Federal Reserve ». En effet, la domination du système bancaire américain et la liquidité du dollar, soutenues par la banque centrale américaine, semblent devoir lui offrir, pour une durée indéterminée, une suprématie incontestée dans le système monétaire et financier mondial.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *