Faillites d’entreprises en masse à partir du 7 octobre à 9h00 !

Mais non ce n’est pas de la voyance, c’est de l’évidence !

« Selon Arnaud Marion, spécialiste reconnu de la gestion de crise et du redressement des entreprises, le pire est à venir. « Les statistiques sur les défaillances d’entreprises ne reflètent pas la réalité ». En juin, selon les données publiées par la Banque de France, elles ont diminué de 25,4 % par rapport à la période équivalente en 2019. Comment expliquer ce paradoxe alors que « beaucoup d’entreprises qui n’ont pas obtenu de prêt garanti par l’Etat sont déjà au tapis », selon Arnaud Marion. « Ceci s’explique à la fois par la période de confinement qui a affecté le fonctionnement des juridictions commerciales, et par l’adaptation de la réglementation qui accorde temporairement des délais supplémentaires tant pour apprécier l’état de cessation de paiement que pour le déclarer », a expliqué un communiqué de la Banque de France« .

Délai de 45 jours

« Dans la loi française, les entreprises qui sont en état de cessation de paiement ont 45 jours pour demander l’ouverture d’une conciliation, d’un redressement judiciaire ou d’une liquidation judiciaire. Cette règle ne change pas. Sauf qu’en raison de l’état d’urgence sanitaire, toutes les entreprises qui se sont retrouvées en cessation de paiement entre le 13 mars et le 23 août dernier ont un sursis »

Ce délai de 45 jours nous amène au 7 Octobre prochain, et comme les administrations n’ouvrent pas avant 9 heures le matin, on peut raisonnablement penser que nous aurons des dépôts en cascade à partir du 7 octobre à 9 heures, mais cela durera sans doute tous les jours suivants et encore ceux d’après.

Nous ne pourrons donc réellement mesurer l’ampleur du tsunami qu’à partir d’octobre 2020. Cela nous donnera une bonne indication des ravages économiques du confinement.

Charles SANNAT

Origine de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *