Défaut de paiement, un «désastre à grande échelle» à venir aux États-Unis

Des avis de défaut de paiement sur les loyers sont actuellement envoyés par milliers aux commerçants américains incapables de faire face à leurs échéances. Pour l’économiste Dany Lang, il devient urgent de mettre en place une politique de relance pour faire face à cette crise historique. Il a confié son analyse à Sputnik.

«Il faut s’attendre à un désastre à grande échelle.»

Dany Lang, membre des Économistes atterrés et maître de conférences habilité à diriger des recherches en économie à l’Université Paris XIII, a pris au micro de Sputnik la mesure de la catastrophe économique qui s’apprête à frapper les États-Unis.

Comme l’indiquait récemment Bloomberg, de nombreux commerçants américains, dont l’activité a dû cesser plusieurs semaines afin de lutter contre la propagation du Covid-19, ne sont pas en mesure de payer leur loyer.

Une situation pire que lors de la Grande Dépression?

«Les lettres de défaut des propriétaires se multiplient de plus en plus», a notamment déclaré Andy Graiser, coprésident de la société immobilière commerciale A&G Real Estate Partners. Selon une estimation de CoStar Group, spécialiste de l’immobilier commercial, le montant des loyers impayés atteint 7,4 milliards de dollars pour le mois d’avril. Cela représente 45% des sommes dues.

​Et la situation est partie pour empirer selon Andy Graiser: «Si les propriétaires ne mettent pas leurs demandes de paiement en suspens, vous allez assister à de plus en plus de faillites.»

«Bien qu’insuffisantes, les mesures prises en France sont de nature à mieux soutenir les entreprises que ce qui a été fait aux États-Unis. Pourtant, Paris s’attend à devoir composer avec un taux de chômage supérieur à celui de la crise des années 30. La situation devrait donc être encore pire aux États-Unis, même si l’ampleur du nombre de faillites est difficile à anticiper», analyse Dany Lang.

À la mi-mai, le Congrès américain avait pourtant fourni quelques 2.900 milliards de dollars de soutien budgétaire, notamment destinés aux entreprises, ménages, collectivités locales ou encore prestataires de soins de santé. Pas assez, pour Dany Lang.

«Ce n’est pas en distribuant des chèques de 1.200 dollars aux Américains que l’on va faire repartir l’économie», lance l’économiste faisant référence au geste de l’administration Trump à destination des ménages.

«De plus, l’accès aux soins est très onéreux aux États-Unis», ajoute Dany Lang et environ 16 millions de travailleurs ont perdu l’assurance maladie qui était fournie par leur employeur depuis le début de la crise.

«Un soutien budgétaire supplémentaire pourrait être coûteux, mais il en vaut la peine s’il permet d’éviter des dommages économiques à long terme et nous permet d’avoir une reprise plus forte», estimait quant à lui à la mi-mai Jerome Powell, patron de la Réserve fédérale américaine.

La situation est d’autant plus inquiétante de nombreux observateurs craignent désormais l’effet domino. De nombreux propriétaires de locaux commerciaux sont privés de conséquentes rentrées d’argent. Or, ces derniers ont également des prêts à rembourser. Cité par Bloomberg, Tom Mullaney, directeur de la restructuration chez Jones Lang LaSalle inc., spécialiste de l’immobilier d’entreprise, affirme qu’«actuellement, la seule chose pire qu’être un commerçant est être un propriétaire de locaux commerciaux».

Dany Lang voit également un risque chez les individus ayant perdu leur emploi:

«Beaucoup de gens qui vont se retrouver au chômage et ne pourront plus payer leur loyer. Leurs propriétaires, qui ne sont pas toujours des milliardaires, vont également rencontrer des problèmes financiers. Il existe aujourd’hui un vrai risque de faillites en cascade. Certaines prévisions que j’ai pu lire faisaient état d’un taux de chômage qui devrait passer la barre des 30% aux États-Unis. C’est plus que pendant la Grande Dépression.»

D’après le membre des Économistes atterrés, le risque économique principal provient de l’accumulation de dettes privées. En février dernier, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) tirait la sonnette d’alarme concernant le montant record d’obligations émises par les entreprises, qui avait atteint le montant colossal de 13.500 milliards de dollars à la fin de 2019.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *