Ces châteaux qui retrouvent la cote dans les campagnes

Les biens de luxe ont la cote malgré la crise. Et même plus que jamais dans les zones rurales ! L’attrait pour les châteaux a ainsi bondi de façon spectaculaire en 2020, comme le montrent les derniers chiffres publiés par le groupe Mercure.

“Nous avons vécu l’une des plus belles années de notre groupe.” Le discours détonne dans le contexte actuel. C’est pourtant celui tenu par Olivier de Chabot Tramecourt, le président du réseau immobilier Mercure. Le groupe spécialisé dans la vente des biens de luxe – et en particulier des châteaux – a présenté un diaporama enthousiaste de ce marché jeudi 28 janvier. Le réseau, qui se targue de réaliser une transaction sur trois de châteaux en France, affiche ainsi une hausse de 30% de son activité immobilière dans les zones rurales en 2020. Dont une partie non négligeable est liée à la bonne santé du micro-marché de la pierre historique. “Le confinement et l’appel du large ont créé un attrait sur ce type de biens”, communique le réseau. Son président, Olivier de Chabot Tramecourt, l’affirme désormais : “les prix ne baissent plus pour les châteaux !”

Des prix qui remontent dans les campagnes

Petite remise en contexte. Depuis dix ans, c’était plutôt une longue déprime que traversaient les châtelains. Après la lourde crise financière de 2009, ce petit segment du marché du luxe traversait en effet une période qualifiée de “délicate” par les vendeurs de Mercure. L’attirance pour les châteaux était, entre autres considérations, particulièrement plombée par les lourds frais d’entretien et de restauration à engager sur ce type de bâti. Pour les biens à l’entretien imparfait, mal chauffés, ou manquant de commodités, les vendeurs trouvaient donc très difficilement des acquéreurs motivés. A la faveur des nouvelles envies d’espaces et de verdure, le rapport de force s’inverserait plutôt du côté des vendeurs… “dans certains cas”, nuance toutefois Mercure.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *