Les mystères des Banques centrales

Les Echos du 18 juin ont consacré presque toute une page à la politique de la BCE, la Banque Centrale Européenne, qui agit en quelque sorte pour le compte des banques centrales nationales de la zone euro, dont la Banque de France. Le titre, en énormes caractères, nous apprenait que « La BCE va offrir plus de 1 000 milliards à taux négatifs aux banques ». Le lendemain, la somme est passé à 1300 Md€, mais cette fois il s’agit des demandes des banques « ordinaires », dites « de second rang » pour les différencier des banques centrales. De quoi s’agit-il ?

Lire la suite

The Choice is Freedom or Slavery

Investment advisor and former Assistant Secretary of Housing Catherine Austin Fitts says you are going to have just two choices in the future. Fitts explains, “Unfortunately, you have a lot of people who say ‘oh dear God, if I am just good, they will leave me alone.’ The reality is, and many people don’t understand, the middle of the road is going away. . . . You have two choices: One is freedom, one is slavery, and everybody is going to have to choose. There is no kind of navigating around it. One subscriber asked me, should I do real estate or precious metals? I said if you don’t have an army, it doesn’t matter where your assets are. You are going to lose them.”

Lire la suite

La dette publique en France : brève histoire d’un asservissement volontaire

Les quatre dernières décennies ont vu se produire en France une spoliation d’ampleur historique. Sur le plan politique, elle a pris la forme d’une dépossession démocratique ; sur le plan économique, elle s’est traduite par un transfert de richesse au profit des plus aisés.

Cette spoliation a été rendue possible par la contre-révolution néolibérale des années 1980, dans le cadre de laquelle les structures du capitalisme financier mondialisé ont été mises en place en France.

Lire la suite

La théorie de l’effondrement gagne les Français

La France va-t-elle s’effondrer ?

C’est possible mais un effondrement dans l’imaginaire collectif est un événement brutal, rapide, soudain.

Sommes-nous confrontés à un « effondrement » ou à une déliquescence ?

Objectivement, les crises à répétition que nous subissons s’apparentent plus à un long calvaire avec quelques rémissions temporaires, et des rechutes de plus en plus profondes.

Ce n’est pas un effondrement.

C’est la lente agonie d’un système.

Mais la mort d’un système, n’est pas la fin du monde.

C’est la fin d’un système.

Lire la suite

L’émotion au-dessus de tout

L’émotion collective et la rumeur de rue ont depuis longtemps un rôle essentiel dans la diplomatie et la politique, surtout en démocratie. Cette émotion est rarement neutre ou spontanée, très souvent provoquée et canalisée. On se souvient, il y a quelque temps, de l’injonction à « être Charlie » et de ce défilé parisien où furent présents de nombreux chefs d’État et de gouvernement.

Lire la suite

Une vague de licenciements sans précédent en France

L’Etat ne peut pas payer indéfiniment et nationaliser l’ensemble des salaires de ce pays, car c’est ce qui a été fait. C’était la chose à faire.

Mais, nous n’avons pas notre souveraineté monétaire, budgétaire et de façon générale économique.

Donc, nous ne pouvons pas le faire éternellement.

L’économie classique va reprendre ses durs droits. Les licenciements seront la contrepartie au déconfinement.

Lire la suite

Vers des faillites de banques européennes ?

Déjà fragilisées avant la crise du coronavirus, les banques européennes voient leurs performances se dégrader fortement. Une situation qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour la machine économique. Josse Roussel, professeur à la Paris School of Business, livre son analyse à Sputnik France.

Rouage essentiel de l’activité économique, le secteur bancaire européen ne fait pas exception et souffre fortement de la crise.

Lire la suite

La Suède, leçon sanitaire, économique et démocratique pour la France et le monde

La Suède non confinée a des résultats globaux bien meilleurs
Le 5 mai 2020, je signalais dans une tribune, sur économie-matin, que la Suède[1], les Pays-Bas et l’Islande qui n’ont pas confiné leurs peuples, affichaient déjà des résultats sanitaires globaux et économiques bien meilleurs que les nôtres, questionnant ainsi une nouvelle fois l’intérêt du confinement imposé par nos autorités.

Lire la suite

Over-Leveraged Zombie Companies Threaten Economic Recovery

There seems to be mounting optimism that the US economy will rebound relatively quickly as states begin opening up and there is progress toward a coronavirus vaccine. But the optimism ignores deep problems in the US economy that existed before the pandemic – chief among them staggering levels of debt and the proliferation of zombie companies.

Lire la suite

L’Allemagne pourrait finir par pousser l’Italie hors de la zone euro

Le Tribunal constitutionnel allemand a décidé une nouvelle fois de rentrer en conflit avec la Cour de justice de l’Union européenne. Cette guerre des légitimités remet sérieusement en question l’avenir de l’Union européenne, estime l’essayiste Coralie Delaume. D’autant plus, que le leadership allemand en Europe apparaît de plus en plus défaillant.

Lire la suite

Bill Gates admet que 700 000 personnes pourraient être blessées ou tuées par ses vaccins contre les coronavirus

Dans son empressement à développer un, deux, voire sept vaccins différents pour le coronavirus de Wuhan (COVID-19), le magnat milliardaire du logiciel Bill Gates a ouvertement admis que plus de 700 000 personnes pourraient être blessées ou mourir à cause de ces piqûres.

Lire la suite

Sur la crise économique qui attend l’Europe

La France, le cœur de l’idéal social européen, fait face à une crise existentielle en raison de l’impact économique du confinement qui fut mis en place pour combattre la pandémie de coronavirus.

Le Grand Est est probablement l’exemple le plus emblématique. Cette région a été qualifiée par le Financial Times de berceau de l’industrie automobile française. Jean Rottner, le président du Grand Est, a déclaré qu’il ne voyait pas l’économie se redresser à ses niveaux d’avant pandémie avant 2 à 4 ans. Le mythe de la reprise en V est considéré comme risible pour l’immense majorité de l’Europe, malgré les interventions massives des gouvernements pour limiter le chômage. Malheureusement, pour beaucoup de travailleurs cela ne fait que retarder l’inévitable.

Lire la suite