Vous êtes probablement au courant de l’évolution du prix de l’or ces derniers temps. Il est passé de 1 591 $ l’once le 1er avril à 1 782 $ l’once aujourd’hui. Cela représente une hausse de 12 % en moins de trois mois.

Selon mes prévisions antérieures, le prix de l’or devait atteindre 1 776 $ d’ici le 4 juillet. Je suppose que j’étais un peu en avance !

Le prix actuel de 1 782 $ l’once est le plus élevé depuis 2012 et représente un gain de 70 % par rapport au prix le plus bas de 1 050 $ l’once, enregistré à la fin du dernier marché baissier en décembre 2015.

L’histoire des marchés haussiers de l’or (1971-1980 et 1999-2011) montre que les gains les plus élevés se produisent vers la fin du marché haussier, et non au début.

Cela signifie que même si, jusqu’à présent, vous avez manqué le rallye de l’or, vous pourriez encore réaliser d’énormes gains car l’or se dirige vers 10 000 $ l’once ou plus au cours des quatre prochaines années.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, je n’ai pas inventé ce chiffre par hasard ou pour susciter la controverse.

Il s’agit simplement du prix non déflationniste implicite de l’or basé sur la masse monétaire M1, en supposant qu’elle sera soutenue à 40% par l’or.

Quel est le moteur du marché haussier de l’or ?

Ce ne sont pas les investisseurs de détail (à part un petit nombre qui comprennent la dynamique), ni les investisseurs institutionnels (les allocations des portefeuilles institutionnels à l’or sont généralement d’environ 1 à 2 %).

Au contraire, les achats réguliers proviennent des banques centrales (en particulier la Russie et la Chine) et des personnes très fortunées, qui stockent généralement leur or dans des coffres-forts privés hors du système bancaire en Suisse et dans d’autres pays où règne l’État de droit.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *