Automobile, meubles, mode… les faillites se multiplient, l’emploi boit la tasse !

Licenciements, faillites… L’impact de la pandémie sur notre économie est dévastateur ! La crise a précipité plusieurs entreprises françaises, dont certaines étaient déjà moribondes, dans des faillites ou restructurations lourdes de conséquences sur l’emploi. Voici un tour d’horizon. L’enseigne d’ameublement Alinéa, dont le siège social est à Aubagne (Bouches-du-Rhône) et qui emploie près de 2.000 salariés, s’est déclarée en cessation de paiements le 6 mai et a été placée le 13 en redressement judiciaire.

Selon le Canard Enchainé du 20 mai, Renault envisagerait de son côté de fermer quatre sites en France – Flins, Dieppe, Choisy-le-Roi et les Fonderies de Bretagne – dans le cadre d’un plan de 2 milliards d’économies qui doit être dévoilé le 29 mai. Le premier Edouard Philippe a prévenu que le gouvernement serait “intransigeant” sur la “préservation” des sites de Renault en France. “Renault joue sa survie”, a de son côté souligné Bruno Le Maire vendredi dans un entretien au Figaro, précisant n’avoir pas encore donné son feu vert à un prêt de 5 milliards d’euros à l’entreprise en détresse.

L’audiovisuel à la peine

Anticipant un écroulement des recettes publicitaires, NextRadioTV, maison-mère de BFMTV et RMC, a annoncé le 19 mai un “plan de transformation et de reconquête post-Covid” qui prévoit de réduire les effectifs et la voilure dans le sport et le divertissement. NextRadioTV, qui emploie plus de 1.600 personnes (ETP), entend diviser par deux le recours aux intermittents, pigistes et consultants et “mutualiser les fonctions supports”. Impactée par l’arrêt des grandes compétitions sportives pendant l’épidémie, la chaîne d’information sportive RMC Sport News (groupe Altice) va s’arrêter définitivement à compter du 2 juin, selon l’Equipe.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *