Ce matin je suis allé faire mon tour hebdomadaire chez mon marchand de Journaux préféré, l’ami Régis qui se reconnaitra.

Bref, il y avait mon journal Investir de la semaine qui m’attendait et son titre de « Une » posant une très bonne question !

A qui profite l’argent ?

C’est vrai ça, à qui profite le crime et toute cette création monétaire ?

Traditionnellement j’aurais pu vous répondre, cela profite aux grosses banques, aux gros investisseurs sur les marchés, bref, la monnaie créée va vers les « grosses mains » et c’est pour cette raison que nous avons la formation de bulle spéculatives notamment sur les actions et les obligations.

J’aurais sans doute fourni cette explication jusqu’à la crise du SARS-CoV-2, oui j’aime bien continuer à l’appeler SARS-CoV-2 ou même coronavirus depuis que l’on nous a demandé de l’appeler « la Covid » pour que nous ayons « moins peur »… Mais ce n’est pas le sujet.

Le sujet c’est à qui profite les sous-sous !

Et bien pour la première fois, les sous-sous tombent dans les po-poches de tout le monde ou presque !

Pour la première fois nous sommes dans de l’hélicoptère « money ». Les pilotes (les autorités politiques et monétaires) arrosent tout le monde.

Les PME en difficultés touchent, les grandes entreprises touchent (chômage partiel par exemple), les chômeurs touchent des primes ou voient leurs droits prolongés. Les titulaires du RSA se voient gratifier de primes régulières de « confinement ». Les actions après un passage à vide en mars sont reparties de plus belles et ne cessent de monter et d’aller de records en records, l’immobilier tient largement le choc (pour l’instant) et les taux bas garantissent la solvabilité des acheteurs, sans oublier que l’Etat en solvabilisant tout le monde évite les impayés de loyers.

Bref, tout le monde touche et tout le monde profite.

C’est la première fois que cela arrive.

Cela ne veut pas dire pour autant que c’est « égalitaire », puisque vous comprendrez aisément qu’entre le type qui est investi en bourse pour 10 millions de dollars et qui prend 40 % de hausse vient de s’enrichir en théorie de 4 millions de dollars, là où le gus au RSA touchera une primette de 150 euros de « confinement ».

Est-ce que cela va durer ?

Non !

Avec les vaccins qui arrivent on peut anticiper la fin de la crise sanitaire et donc la fin prochaine des plans de soutien à l’économie sans limite et c’est là que tout sera très difficile.

La réalité, c’est que si nous n’avons jamais pu réellement réussir à débrancher les perfusions depuis la crise des subprimes de 2007/2008, vous imaginez bien que ce n’est pas maintenant que l’on va pouvoir le faire !

Nous sommes donc condamner à un processus de destruction continu de nos monnaies actuelles et nous irons sans doute jusqu’au bout de ce processus, c’est également sous cet angle monétaire qu’il faut comprendre le « grand Reset », la grande réinitialisation.

Il n’y a pas de repas gratuit, et l’argent créé à partir de rien et qui n’est la contrepartie de rien n’existe pas. C’est une fiction imaginaire qui peut tenir tant que la croyance collective est suffisamment forte, mais inéluctablement arrive le jour où cette confiance s’érode… de même que la valeur des monnaies.

Nous n’y sommes pas encore, mais c’est parce que nous y arriverons que vous avez intérêt à privilégier les actifs tangibles dans votre patrimoine.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Origine de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *